TEST – Atelier Lydie & Suelle : The Alchemists and the Mysterious Paintings

 Smart News
  • Bienvenue sur le Nouveau Smart Geek Club
  • Rejoins toi aussi le club, et ne rate plus rien de nos actus ;) !!
  • Les recrutements ont débutés ! si tu es de taille pour nous rejoindre, inscrit toi et présente toi sur le forum : Newser, Twitcher, Youtuber, on prend !
  • Histoire / Univers
  • Graphismes / Technique
  • Gameplay / Durée De Vie
  • Bande Son / Ambiance

Aujourd’hui nous vous proposons de découvrir le test d’un J-RPG disponible sur Playstation 4 et Nintendo Switch : The Alchemists and the Mysterious Paintings, on vous dit tout sans tabou ! 



L’atelier J-RPG

Voici un contexte particulier pour la sortie du jeu Atelier Lydie & Suelle: The Alchemists and the Mysterious Paintings sur PlayStation 4. Le japon est revenu en force dans les RPG et les jeux d’aventure-action avec des jeux d’exception comme Persona 5, Final Fantasy XV, Nier : Automata, Dark Souls 3 ou The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Ces best-sellers ont permis au grand public de découvrir un peu plus encore le savoir-faire des développeurs japonais en la matière . Entre autres du vrai monde ouvert (The Legend of Zelda), du gameplay réinventé (les combats de Final Fantasy XV) ou des partitions musicales inspirées (de l’acid-jazz dans Persona 5).

C’est donc à ce moment là, en plein renouveau et en pleine effervescence, que sort Atelier Lydie & Suelle: The Alchemists and the Mysterious Paintings, un RPG « de niche » issue d’une franchise connue des connaisseurs. Non, j’arrête de me moquer. Sinon, on pourrait en dire autant de Nier, Persona ou de Dark Souls, des jeux exigeants qui ont fait leur chemin grâce aux joueurs passionnés et aux choix courageux de certains éditeurs (en tête Koch Media). Bref, la série Atelier existe depuis les années 90 et a fait le tour de bon nombre de consoles de jeux video. Ce dernier opus propose ainsi une intrigue qui se situe quatre ans après Atelier Firis (Sorti en 2016 sur PS4 et PS Vita) et sept après Atelier Sophie (sorti en 2015 sur PS3, PS4 et PS Vita).

L’atelier What is Lydie & Suelle

Dans Atelier Lydie & Suelle: The Alchemists and the Mysterious Paintings, vous suivez les aventures des jeunes jumelles Lydie et Suelle qui ont pour ambition de devenir de grandes alchimistes. La première est réservée, tout le contraire de sa sœur excentrique, mais elles ont en commun une inexpérience que vous devrez prendre en main tout au long d’une aventure haute en couleurs. C’est mignon tout plein mais à qui s’adresse véritablement cette franchise de jeu ?

Premier constat lorsque l’on joue à Atelier Lydie & Suelle: The Alchemists and the Mysterious Paintings, il faut être prêt à évoluer dans un univers 100% kawai dans ce qu’il y a de plus caricatural et outrancié. Entre les voix mièvres (vite insupportables), un bestiaire mignon (pour frapper de pauvres écureuils ou des blobs tout souriants) et des décors bucoliques, le jeu vous plonge dans un monde inoffensif et assez singulier dans l’univers du jeu vidéo en général. Les couleurs sont très vives, l’ambiance est légère et le tout est accentué, il faut l’avouer, par le somptueux character design de Yuugen.

Hélas, les dialogues (en anglais) et l’intrigue en général sont particulièrement niais. On retrouve même les « rules lists » typiquement japonaises qu’affectionnent les enfants du pays du soleil levant. Bah Règle No. 1, ça ne plaira pas à tout les joueurs. Et, je dois l’avouer, j’ai eu toute les peines à m’impliquer dans le jeu. En fait, il s’adresserait plutôt à un public très jeune (de 8 à 12 ans, à tout casser) et féminin. Malheureusement, le jeu n’est pas traduit et il se coupe de ce public potentiel en France. Alors, je salue l’initiative de l’éditeur (Koch Media) mais à quoi bon distribuer ce jeu dans un marché déjà bien fourni en RPG ?

Certains trouveront peut-être leur compte dans ce nouvel Atelier car on peut lui trouver des qualités comme une musique assez entraînante, une exploration intéressante de tableaux dans l’aventure (le cœur de l’intrigue) ou le gameplay d’alchimie en lui-même (bien que les menus ne soient guère pratiques). Pour le reste, on ne pourra pas fermer les yeux sur les graphismes indignes des consoles next-gen, les murs invisibles que l’on rencontre souvent, et un gameplay beaucoup trop dirigiste.

Pour conclure, il n’est vraiment pas sûr que ce jeu se distingue des sorties actuelles et nombreuses sur PlayStation 4. C’est bien dommage ne serait ce que pour cette traduction française inexistante. Il faudra toujours saluer et encourager l’initiative de Koch Media d’éditer ce genre de jeu en Europe mais combien encore de jeux de bien meilleure qualité mériteraient les mêmes efforts ? Pourquoi n’avons-nous pas encore de jeux Gundam en France ? Pourquoi nous prive t-on de Dragon Dogma Online (sur le PS Store) ou Exist Archive : The Other side of the Sky (en version physique) par exemple ? Snif !

The following two tabs change content below.
Reunionnais. Gamer. Prepper. Cinéphile. Collectionneur compulsif. ♫ I wanna love you and tweet you right ♫

Vous devez être identifié pour poster un commentaire.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils